Accueil

Bienvenue

Bonjour, Tout d’abord, je vous souhaite la bienvenue sur ce blog, qui, j’espère, apportera aide et compréhension, sinon du div...

samedi 9 juin 2018

Punition et Subspace





Après la Perturbation de ce weekend et de multiples discussions, nous avons tous deux ressentis ce besoin de se retrouver et de s'assurer que tout est en place. Séance convenue pour Mercredi soir.
Ressentant quelque chose qui ne tourne pas rond chez ma Soumise, et ayant une petite idée de l'origine du "trouble", je Lui ai demandé si Elle culpabilisait encore pour ce weekend. Et comme je m'en doutais, c'était bien le cas. Me souvenant de ce qu'Elle m'avait dit alors : "Je ne me sens pas assez punie". Je me suis dit qu'une punition, comme Elle s'attendait à avoir et qui n'était pas venue, La débarrasserait de Sa culpabilité. Je L'informe de ma décision, Elle est contente. J'avais vu juste, tant mieux. Je Lui ai dit qu'Elle allait choisir l'instrument parmi une liste et réfléchir au nombre de coups. Elle ressentait le besoin d'être punie pour se débarrasser de Sa culpabilité : si ça peut La faire aller mieux, je prend. Je n'aime pas La voir autrement qu'heureuse.

Arrive le Mercredi soir. En se retrouvant, comme chaque jour, sur le balcon pour discuter entre mari et femme, Elle m'a fait part de Sa décision : 20 coups de badine. Sur le coup, j'ai trouvé le chiffre un peu élevé. Je m'attendais à un instrument qu'Elle n'aime pas particulièrement, mais autant de coups ? C'est ce dont Elle a besoin pour aller mieux, qu'il en soit ainsi. Prévenue que la punition se ferait à froid et de manière forte et intense, Elle s'installe, penchée en avant, les mains sur le canapé, les jambes écartées, tendues, le bandeau sur les yeux. Elle compte à voix haute les coups. Son divin postérieur prend une belle couleur rose-rouge et les marques de la badine sont bien visibles. Je retiens le fouetté, visiblement, à cette intensité, c'est suffisant.

Un moment plutôt désagréable pour nous (Elle n'a pas aimé, c'est de la douleur brute, et moi je n'aime pas trop punir de cette manière) mais Elle se sent de suite mieux. Je prend quelques photos de Ses fesses et de l'arrière de Ses cuisses sur lesquelles de belles marques de badine sont visibles. Puis la séance commence. Les fesses déjà échauffées, on entre dans le vif du sujet, tout en restant progressif. Elle monte, mais quelque chose la bloque. Après la séance, nous réaliserons tous deux que la punition avant la séance, ce n'est pas une bonne idée. Je branche alors Sa Magic-Wand. Ça y est, elle part. Je ressens le moment où Elle rentre dans sa bulle. Je passe sur le fouet en daim. Je l'ai modifié car il avait un "nœud" au bout qui causait de vilains bleus non voulus, son équilibre s'en retrouve modifié ... en mieux !

Je l'ai bien en main, il prolonge mon bras, j'arrive à être aussi précis que je le veux. Je devrai en être content, mais je n'arrive pas à trouver mon rythme. Ma Soumise monte sur l'échelle du plaisir, la stimulation fonctionne, Elle a réussi à lâcher complètement prise. Les coups La font à peine tressaillir. De ne pas arriver à trouver mon rythme a perturbé ma concentration, et je n'ai pas remarqué qu'Elle était complètement et totalement ailleurs tout de suite. Je Lui offre alors deux orgasmes : fouet et baguette, martinet en vinyle et baguette. Elle ne réagit pas pareil. Je ne L'avais jamais vue comme ça. C'est en voulant la faire redescendre que j'ai réalisé qu'Elle était avec moi sans l'être. Le fameux subspace. Le moindre contact la fait se dandiner, Sa respiration est rapide et saccadée, Elle ne ressent plus la douleur. J'ai réalisé certaines choses après la séance, mais en retraçant le déroulement de la séance, tout est très clair. Je L'ai poussée jusqu'à Sa limite, le résultat est époustouflant : complètement ailleurs, plus aucune connexion avec le monde réel autre que celle que je Lui maintiens par le biais du martinet ou du fouet. 

On fait une petite pause dans la séance, je L'installe sur le canapé avec une couverture et La prend dans mes bras pour L'accompagner dans Sa redescente. J'adore ce moment, La sentir ailleurs puis revenir tout doucement, tout contre moi, perdue dans le plaisir. Elle était complètement shootée, comme une junkie, les yeux mi-clos qui voient sans y voir. Une fois assez redescendue, mais pas trop, nous avons terminé la séance par un rapport sexuel intense et passionné.

La séance Lui a visiblement fait du bien. A moi aussi, mais avec un petit bémol : impossible de trouver mon rythme pendant la séance. Ça finira bien par revenir, je ne m'inquiète pas, mais c'est pénible sur le moment. Nous avons pu tester les instruments que j'ai fabriqué : le paddle en cuir double-tap et le martinet en vinyle. Ce dernier est très cinglant (je teste tout sur ma cuisse, très fort, pour savoir ce qu'Elle va ressentir, afin d'adapter les gestes et l'intensité), bien plus que le fouet. Les prochains sont des paddles à câble : un manche et du câble en deux boucles parallèles. Ma Soumise m'a fourni du câble en nylon de 3.5mm, avec un grand sourire, et souhaite que j'en fasse un avec du câble métallique. Ça tombe bien, j'aime bien bricoler ! (Ça m'a fait tiquer quand même, ça me parait "too much", mais bon, Elle veut essayer.)

Je ne suis pas très fan des punitions "physiques", mais Elle m'a fait comprendre qu'Elle en a besoin.
L'harmonie est revenue, les derniers petits soucis sont en train de disparaître, restent ceux de la vie de tous les jours, mais on peut à nouveau les affronter de manière sereine. On va faire en sorte que ça dure !

Je T'aime, ma Soumise, au delà du raisonnable.

Ton "Maître".


M.Fox
Martinet en Vinyle (entièrement fait main, manche non terminé)


Paddle double-tap en cuir (entièrement fait main)


























2 commentaires:

  1. Bonjour Monsieur Fox,

    Ahhh..la punition...Je comprends Votre désagrément à la donner, et pourtant... je pense que Vous avez clairement saisi combien elle nous est nécessaire (pour en avoir subit une tout récemment aussi, je Vous le confirme haut et fort, mais non moins avec respect toutefois... rires!)

    Ce besoin de savoir que nous ne pouvons pas déborder sans contre partie cinglante, que nos Maîtres sont les garants de notre place, des barrières que nous ne devons pas dépasser.
    Une façon pour nous de se sentir absoute de nos péchés. Et de retrouver l'équilibre nécessaire pour pouvoir continuer à avancer sereinement.
    En bref, un mal pour un bien.
    Et ce bien là, même s'il se fait dans la douleur punitive, ne doit pas Vous bloquer si je peux me permettre. Il est essentiel pour nous, soumise de savoir que Vous restez les garants de notre stabilité, tant dans nos émotions que dans le profond désir de Vous servir et de rester à la place que nous chérissons.

    Les méandres de nos esprits sont parfois complexes, et vont parfois brusquer les émotions de nos Chers Maîtres...sourire... Mais Vous avez géré cela avec bienveillance, respect de Votre précieuse Dana et de ses besoins.

    Je Vous félicite également pour Votre inventivité et espère avoir le plaisir de découvrir Vos autres créations dans un avenir plus ou moins proche, ici, au travers de Vos partages, ou encore ceux de Dana.

    Mes respects Monsieur,

    $akura, soumise dévouée de Maître Kat$uo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Sakura,

      Merci pour Votre message, qui confirme que c'est bien ce que ma Soumise "attend" de moi, ainsi que pour les félicitations (comme Vous l'aurez sûrement remarqué, je n'attache que très peu d'importance à l'apparence, du moment que c'est fonctionnel et sécurisé). Je suis en train de faire deux types de paddle différents supplémentaires, Vous découvrirez les instruments en même temps que l'article qui résumera leur utilisation, promis !

      Au plaisir de Vous lire à nouveau, sur Votre blog, celui de Dana ou ici même. Mes salutations à Votre Maître.

      Cordialement,


      M.Fox

      Supprimer